Le styliste

Alexandra Marinina, présentée comme un "véritable phénomène de l'édition russe" par ses traducteurs Mme. Ackerman et M. Lorrain est auteure de polars qui valent le coup d'oeil.
A ce jour, je n'en ai lu qu'un seul mais il est remarquablement bien construit, sur 450 pages (format poche), Marinina développe une intrigue complexe et riche qui réussit à envoûter le lecteur attentif. Les noms russes sont bien moins gênants qu'on pourrait le croire, voici pour vous donner un petit aperçu une présentation rapide des personnages et de l'intrigue, que les romanciers en prennent de la graine !

Nastia Kamensaïka est inspectrice de police à Moscou, Kolia Selouïanov est un de ses plus proches collègues, ils travaillent à la brigade criminelle et résolvent des affaires de meurtres (crimes très fréquents dans les environs de Moscou)

Soloviov est traducteur aux éditions Shere Khan, spécialisées dans la publications de polars orientaux, surtout japonais. Il se trouve être l'ancien amant de Nastia, qu'il a perdu de vue depuis 12 ans. Séducteur, cet homme souffre néanmoins d'une perte de mobilité qui l'oblige à se promener en fauteuil roulant. Il ne sort jamais de chez lui et refuse obstinément de dire d'où lui vient sa maladie. On apprend simplement au début que sa femme a été tuée trois ans plus tôt et qu'il a un fils.

Dacha est la petite soeur de Nastia, elle est mariée à Alexandre, un banquier (riche) présenté comme un "Nouveau russe", c'est à dire un capitaliste et un entrepreneur. Elle a un rôle moindre.

Liocha est le mari de Nastia, jeune Académicien (50 ans environ), il gère en plus de son travail de chercheur les tâches domestiques que sa femme n'a ni le temps, ni la patience de faire. Sa jalousie fera surface lorsque Nastia pour les besoins d'une enquête devra renouer avec son ancien amant.

Andreï Koronev est l'assistant de Soloviov, une sorte de majordome qui assiste le traducteur dans son cottage des "Résidences de rêve", il prend Nastia en grippe dès sa première visite aux Résidences qui sont leur seul lieu de recherche pour retrouver un dangereux tueur en série.

Oksana est mannequin et sous l'ordre de son "collègue" Vadim, elle vit et couche avec l'un des dirigeants de la maison d'édition Shere Khan, Essipov. Elle écoute toutes ses conversations d'affaires et n'hésite pas à lui glisser des idées pour améliorer le bénéfice de la maison d'édition sous les conseils de Vadim.

On apprend dès le début du roman que les disparitions de jeunes garçons se multiplient dans les environs de Moscou, ils sont neuf à avoir disparu. On pense à un tueur en série car tous les garçons sont morts d'overdose et ont tous une apparence très proche (brun, la peau mat...), de plus, chacun de ces garçons avait des tendances homosexuelles. Le tueur les aurait violés et séquestrés avant d'abandonner leurs cadavres après l'overdose de la drogue qu'il utilisait pour qu'ils se tiennent tranquilles. Un livre policier fascinant qui plonge le lecteur dans le mode de vie russe des années 1993-96.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.100.134) if someone makes a complaint.

Comments :

  • lisourob

    19/07/2007

    Très belle chose

    Biz mon grand

Report abuse